Passer au contenu principal

Moi, Sylvie M., 47 ans, pauvre, indignée...

Au Québec, on parle sans cesse de l'essoufflement de la classe moyenne. Mais qui martèle l'étranglement des personnes vivant sous le seuil de la pauvreté et défend leurs droits, à part la députée/battante Manon Massé, qui en a fait, tout comme l'ex-députée Françoise David d'ailleurs, son cheval de bataille? (Visionnez l'intervention de madame Massé sur le projet de loi 70 à l'Assemblée nationale, quelques mois avant sa cruelle adoption.)

J'en suis
Alors que les politicien.ne.s tentent inlassablement de rassurer la classe moyenne, tout en voyant de très près aux intérêts (composés) des riches, des richissimes entreprises et multinationales, les personnes pauvres, elles, et plus particulièrement les femmes, sont laissées pour compte.

Au Québec pourtant, si vous travaillez à temps plein au salaire minimum, à temps partiel dans des conditions précaires, voire lamentables, ou êtes bénéficiaire de l'aide sociale, vous ne vivez pas, vous survivez. J'en suis.

Plusieurs préfèrent taire le sujet - la honte d'être pauvre est une réalité grandissante, voire alarmante au Québec, allez faire un tour au centre d'aide alimentaire -, mais moi, Sylvie M., 47 ans, pauvre, indignée, diplômée et complètement écoeurée - je suis loin d'être la seule -, j'ai décidé d'en parler. Who cares anyway?

Quelle croissance économique?
Malgré cette soi-disant relance économique, au cours des quinze dernières années, on ne compte plus le nombre de postes permanents abolis sous nos yeux, dès le dernier occupant levé de sa chaise ergonomique. Comme par magie (lire sévères et interminables compressions budgétaires néolibérales), les postes réguliers à temps plein ont complètement disparu du marché de l'emploi, plus particulièrement dans les secteurs occupés majoritairement par des femmes, pour en créer de "nouveaux", à temps partiel, occasionnel, sur appel, contractuel, temporaire, etc., sans avantages sociaux, cela va sans dire.

On jongle, nous les pauvres, avec des miettes et leurs miasmes, à titre de travailleuses autonomes, pigistes, artistes, entrepreneures à temps sur-plein et employées précaires, peinant lamentablement à joindre les deux bouts.

Depuis la crise économique de 2008 (provoquée par les malhonnêtes et très fortunés banquiers de ce monde, secourus directement, eux, à coup de milliards de dollars), suivie de la récession, des coupures, des compressions, du déficit zéro, des mesures austères, de l'équilibre budgétaire à tout prix et du démantèlement sauvage et honteux des services sociaux, vous croyez sincèrement que tout le monde s'en est sorti intact?

Les banquiers, les riches et la classe moyenne peut-être. Mais les pauvres, nous, on manque d'air.

---------
Pour une réforme du mode de scrutin éléctoral Chaque voix compte

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer)
La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle, qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins.

Femme, immigrante, visionnaire
Née en 1924 de parents russes, à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève, et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie.

Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en elle un p…

Faire bouger le monde. N'importe comment.

Casse-Noisette s'en vient et les nombreuses publicités qui ont envahi la ville de Montréal depuis quelques semaines provoquent chez moi de l'urticaire, en plus d'une forte bouffée de chaleur frôlant la syncope. Non, ce n'est pas la ménopause (je vous emmerde), mais toutes les insidieuses opérations de marketing qui rognent notre culture, notre langue et notre pouvoir décisionnel me font clairement voir rouge.

Je ne parle pas du spectacle lui-même - ni de « l'accommodement» du pauvre gérant de la boutique Adidas ou même de la scandaleuse entente de Mélanie Joly avec Netflix -, mais bien du Boys Club des Grands Ballets canadiens de Montréal. Oui, oui, la compagnie de ballet classique à l'image féerique.

Une autre belle illustration de la suprématie machiste, exemple parfait qui pourrait servir au cours universitaire « Marketing patriarcal et instrumentalisation des femmes», s'il en était un.

En gros, le concept est simple, quelques hommes se pointent dans un …

Honte et abus de pouvoir... nous aussi

Plusieurs ont pris conscience ces derniers mois, et c’est tant mieux, du sentiment de honte avec lequel doivent composer les victimes d’agression sexuelle et d’abus de pouvoir, femmes et hommes, et ce, pendant des années, voire des décennies, vivant plus souvent qu’autrement dans le silence et l’isolement, faute, entre autres, d’accompagnement adéquat. De là, une question légitime a été soulevée maintes fois : pourquoi ce lourd sentiment n’est-il pas porté par les agresseurs plutôt que par les victimes?

La honte étant par définition un « sentiment d’abaissement, d’humiliation » résultant « d’une atteinte à l’honneur, à la dignité », c’est donc la victime qui encaissel’affront, en plus de la confusion, du moins jusqu’à une possible reprise de son pouvoir, après quoi, peut-être, les rôles s’inverseront enfin, comme on l’a vu récemment dans le procès de l’ex-médecin américain Larry Nassar, reconnu coupable d’agressions sexuelles sur des centaines de jeunes filles, devenues, ma foi, des f…